10 Septembre, 2017
 

Figure 1. À la chapelle de Lirey. Cliquez sur la photo pour une version plus grande.

La chapelle de Lirey, fondée en 1353, est surtout connue à cause du linceul de Turin. On peut retracer les premières expositions du Linceul en Occident à la chapelle de Lirey. Ce Linceul, bien connu aujourd'hui par de nombreuses études scientifiques, a probablement été très énigmatique pour les chanoines de la collégiale de Lirey.

Dans sa troisième version, la chapelle de Lirey existe toujours. Les chanoines ne sont plus à Lirey depuis longtemps, mais la mémoire de ce lieu n'est pas perdue. Daniel Passet a fait revivre ce passé glorieux de cette petite chapelle lors d'une festivité locale du département de l'Aube, « Un jour, une église ». Vous pouvez en connaître un peu plus en cliquant la photographie de la figure plus haut pour pouvoir lire son texte.


10 Septembre, 2017
 

Le coffret en bois utilisé pour conserver un plus petit coffret contenant le Saint Suaire de Besançon. Ce coffret est fait en majeur partie de bois de Santal, dont la rareté en fait l'un des bois les plus chers au monde. Dimensions du coffret: 21.8 cm x 48.3 cm x 21.4 cm.

Le Saint Suaire de Besançon a été très populaire pendant près de trois siècles (ca. 1520 à 1794), mais a été détruit à la Révolution française. Ce suaire était certainement une copie du linceul de Turin. C'était le seul autre suaire du Christ portant une image qui avait été publiquement exposé, mais sans indiquer qu'il s'agissait d'une copie du linceul de Turin.

Le coffret (photographie plus haut) a été redécouvert en 2016. Il était dans la cathédrale Saint-Jean de Besançon avant la Révolution française. L'identification du coffret a été faite en partie par la présence des trois serrures fermant à clé son couvercle. Ce coffret semble avoir été confectionné vers 1523, car son usage est attesté pour la première fois à cette date dans les registres du chapitre de la cathédrale de Saint-Jean. Le coffret a été exposé en septembre 2016 lors d'une exposition sur l'histoire du Saint Suaire de Besançon. Une émission de RCF donne plus d'information sur ce coffret et sa redécouverte en 2016.


29 Janvier 2017

Voici un nouveau site en franais au sujet du linceul de Turin.

En 2007, je lanais un site en anglais propos du linceul de Turin sindonology.org. Plusieurs de mes correspondants de pays francophones, dont la France et le Canada, prfrent consulter des sites en franais. Il est vrai que les traducteurs automatiques, dont Google Translate, n'arrivent pas produire une traduction de l'anglais au franais suffisamment agrable lire. Ce qui m'a incit crer ce nouveau site.

Je crois aussi qu'il serait, dans un premier temps, plus adquat de prsenter en franais les nombreux documents historiques du Linceul provenant de la France : les manuscrits de la collgiale de Lirey, les inventaires des reliques de la Sainte-Chapelle de Paris, les travaux de Paul Vignon, les textes de Geoffroy de Charny qu'il publia de son vivant, et encore plus. Il y a aussi les nombreux articles qui ont t publis en franais propos du Linceul, mais qui sont souvent difficiles d'accs. D'ailleurs, l'entre suivante prsente un tel document: un article d'Hilda Leynen, disponible dans son intgralit sur ce site, accompagn d'un rsum personnel.

Ainsi, je plannifie de publier de nombreux textes et manuscrits propos du Linceul en franais, historiques ou autres, sur ce site.

Ce site fait aussi un lien au  Shroud Scope  qui permet de voir et d'analyser des images hautes dfinitions du Linceul. Cette application a t rebaptise  Linceul Scope . Je n'ai toutefois pas encore traduit en franais les textes descriptifs du  Shroud Scope . Cette traduction sera probablement faite lors d'une mise jour de cette application.

Ce site ne reprend pas dans leur intgralit ce qui est prsent sindonology.org. Toutefois, il y aura probablement quelques documents et photos identiquement reproduits sur ces deux sites.

La premire entre qui suit traite d'un article publi en 1992 propos du passage du Mandylion la Sainte-Chapelle de Paris, et surtout d'un lien fort probable entre le linceul de Turin et le Mandylion. Surtout que cet article se fonde sur des documents historiques solides. Un article lire pour quiconque s'intresse l'histoire du linceul de Turin.


29 Janvier 2017
Page couverture de l'article   Propos du Mandilion  d'Hilda Leynen.

Cette premire entre de ce nouveau site en ce dbut de l'anne 2017 est propos d'un article rarement discut dont, ma connaissance, aucune copie n'existe sur la grande toile. C'est aussi un article trs peu diffus, disponible seulement dans quelques bibliothques en Europe et au Canada. Pour l'histoire du linceul de Turin, son titre en dit dj beaucoup:   propos du Mandilion  [Leynen].

Le Mandilion, le plus souvent transcrit  Mandylion , est souvent reprsent par un linge imprim du visage du Christ. Ainsi, le Mandylion a une similitude fondamentale avec le linceul de Turin, bien que le Linceul ait une image complte frontale et dorsale d'un corps. L'origine du Mandylion est trs ancienne, car selon la lgende d'Abgar, il aurait t envoy par le Christ vivant. Il passa par desse avant d'arriver Constantinople en aot 944. Ainsi, le Mandylion est aussi appel l' Image d'desse . Une ressemblance n'implique nullement une galit, mais celle-ci devient fortement probable quand de nombreux documents historiques sont analyss en dtail.

Hilda Leynen
(11 janvier 1922 - 14 aot 1997)

L'auteur   propos du Mandilion , Hilda Leynen (11 janvier 1922 - 14 aot 1997), complta cet article la fte de Nol 1991, et publi en 1992 dans la revue Soudarion de l'association belge Lijkwade Genootschap, dont l'intrt principal est le linceul de Turin. Cet article dcrit l'arrive, et la prsence, du Mandylion la Sainte-Chapelle de Paris. C'est ma connaissance le premier article dcrivant dans le contexte du linceul de Turin les inventaires de la Grande Chsse dans laquelle avait t dpos les vingt-deux reliques reues de Constantinople. C'est la thse du passage du linceul de Turin par la Sainte-Chapelle de Paris.

Le Pre Dubarle publia de nombreux dtails sur cette thse de la Sainte-Chapelle de Paris [Dubarle], dont une partie des travaux d'Hilda Leynen, aprs le dcs de cette dernire. Le Pre Dubarle fait rfrence cet article en mentionnant une compulsion des inventaires de la Grande Chsse des reliques de la Sainte-Chapelle. Toutefois, les inventaires complets, et utilent pour l'analyse de la prsence du Mandylion la Sainte-Chapelle, ont t transcrits et publis par Alexandre Vidier [Vidier, 1907; Vidier, 1908], mais sans cette analyse pointue d'Hilda Leynen.

Le Mandylion est mystrieux, car on n'en connat aucune prsentation public ni Constantinople ni desse, bien que le reliquaire du Mandylion tait, selon un rcit crit Constantinople au Xe sicle, expos publiquement desse. Le Mandylion, provenant d'desse, arriva Constantinople le 15 aot 944 et lors de la prise de la ville par les Croiss en avril 1204, le Mandylion tait gard dans la chapelle de Notre-Dame du Phare du palais du Boucolon. Cette chapelle renfermait de nombreuses reliques chrtiennes dont plusieurs de la passion du Christ: la Couronne d'pines, une grande partie de la vraie Croix, le titulus, et plus encore.

Robert de Clari, un des Croiss franais de la quatrime croisade, qui a probablement visit la chapelle du Phare, dcrit le reliquaire du Mandylion, mais ne dcrit pas le Mandylion lui-mme (Voir [Dufournet] LXXXIII, 5). Il avait t grandement bloui par la richesse du palais du Boucolon. Il dnomma la chapelle du Phare par  Sainte Chapelle . En 1203, il vit un  Sydoines  (un linceul) l'glise de Notre-Dame Sainte-Marie des Blachernes, situ dans la partie nord de Constantinople (voir [Dufournet] XCII, 35). Ce linceul tait imprim d'une image du corps du Christ. Il n'est pas impensable que le Mandylion ait t transfr temporairement cette glise et que Robert de Clari aurait en fait vu le Mandylion imprim du corps du Christ, mais sans faire un lien entre ce dernier et ce linceul qu'il dcrivait.

Aprs la prise de Constantinople par les croiss en avril 1204, le palais du Boucolon est occup par les Franais. En 1238, l'empereur de Constantinople, Baudoin II, ayant des difficults financires, accepte de cder la Couronne d'pines saint Louis. Celle-ci est aujourd'hui garde dans le trsor de l'glise Notre-Dame Paris. Baudoin II acceptera de cder saint Louis vingt-deux reliques de l'glise du phare, transfres en trois tapes entre 1239 et 1242 Paris. Un document officiel sign par l'Empereur, prsente la liste complte de ces reliques. Elles furent transfres en 1248 la Sainte-Chapelle de Paris, construite pour recevoir ces reliques. Selon toute vraisemblance, le Mandylion tait l'une de ces reliques, mais les chanoines de la Sainte-Chapelle n'utilisent pas ce terme pour le dcrire. Le document de Baudoin II utilise plutt l'expression  Sanctam toellam, tabulae insertam , une Sainte Toile insre dans une table. De toute vidence, les officiels Franais Paris ainsi que ceux de Constantinople ne voient aucune image sur la toile. L'ide mme d'une toile imprgne de l'image du Christ leur est inconnue. One ne peut les blmer, car les vangiles ne le mentionnent pas, et aucune tradition bien tablie en Occident n'existe ce sujet. Il est aussi vident que le terme Mandylion est totalement inconnu des Franais de l'poque. C'est la cause principale de la perte d'intrt cette relique lors de son passage la Sainte-Chapelle : on ne connaissait aucune fonction claire cette relique, bien que pour chacune des autres reliques, une fonction claire et distincte lui tait attribue.

Pour mieux comprendre ce texte il faut aussi se rfrer d'autres documents, dont le reu d'Humbert de Villersexel dcrivant les reliques se trouvant Lirey en 1418 et la notice  Pour Scavoir la vrit , crit autour de 1525. Ce sera des prsentations futures sur ce site web. Il faut aussi se rfrer la totalit des inventaires de la Grande Chsse pour mieux comprendre leur contenu, ce qui ncessite un document beaucoup plus long.

Je vous invite lire cet article trs important sur l'histoire du Linceul, publi par Hilda Leynen. La section suivante rsume l'article avec des commentaires additionnels pour clairer des points obscurs.

Rsum de l'article de Hilda Leynen

L'article propose que la Sainte Toile qui arriva Paris en 1241 ft le Mandylion, ce que la plupart des historiens spcialistes acceptent, et que celui-ci ft le linceul de Turin, ce que la plupart de ceux-ci rejettent. Notez que peu de spcialistes ont fait une tude dtaille des inventaires de la Grande Chsse contenant les reliques de Constantinople la Sainte-Chapelle de Paris, en particulier du reliquaire du Mandylion. C'est videmment une lacune importante qui dmontre que cette thse ncessite une plus grande diffusion.

La partie droite de la premire page de l'article reproduit la page couverture prsentant l'arrire de la Grande Chsse o les grilles et portes sont ouvertes pour laisser voir les reliquaires. Le devant de la Grande Chsse, d'o on ne pouvait apercevoir les reliquaires, tait visible en permanence dans la Sainte-Chapelle. De plus, la Grande Chsse tait place sur une plateforme surleve, et sous un baldaquin, derrire l'autel (voir la reprsentation de la page 9 de l'article) de la Sainte-Chapelle de Paris. Le public ne pouvait voir les reliquaires sans que la Grande Chsse soit pivote sur elle-mme et que les grilles et portes soient dverrouilles et ouvertes. Jusqu'en 1631, seul le roi avait les cls de la Grande Chsse.

La partie gauche de la premire page du document PDF reproduit sparment les reliquaires de la Grande Chsse. L'objet numro 18, marqu par une flche pointant vers la gauche, est le reliquaire du Mandylion. Ce reliquaire est plac sous le socle du reliquaire de la pointe de la Sainte Lance. Ce positionnement dmontre le peu d'intrts ports cette relique. On peut croire que cette disposition des reliquaires ne changea pas durant de nombreux sicles et qu'il est possible qu'elle ait t la disposition initiale des reliquaires dans la Grande Chsse en 1248.

Les premires pages de l'article prsentent un rsum de l'histoire du Mandylion; la description du  Sydoine  par Robert de Clari vu l'glise des Blachernes Constantinople en 1203; des tractations de l'empereur de Constantinople, Baudoin II, en utilisant les reliques chrtiennes en gages des prts pour financer la protection militaire de Constantinople; et le transfert des reliques du Moyen-Orient Paris aprs une entente financire avec saint Louis.

La prsentation des inventaires des reliques de la Grande Chsse dbute la page 8 par une description d'une relique et de son reliquaire de l'inventaire de 1328 (inventaire dnot  A  par Alexandre Vidier [Vidier]):  Un crin de bois peint o il y a une grande relique sans tiquette . Le texte ne mentionne pas que la relique est une toile, mais cette description est attribue la Sainte Toile et son reliquaire, car on ne peut l'attribuer aucun autre reliquaire connu de la Sainte-Chapelle. En effet, le terme  de bois peint  laisse peu d'options possibles et le terme  sans tiquette  sous-entend qu'on ne connat pas la fonction de cette relique, ce qui limine toutes les autres reliques de la Grande Chsse. Si cette description est attribue la Sainte Toile, elle serait grande, et cohrente avec le linceul de Turin. Cet inventaire de 1328 est avant l'apparition du Linceul Lirey. Puisque le prochain inventaire disponible est en 1534, et que cet inventaire ne mentionne plus de toile, ces inventaires sont cohrents avec la thse de la provenance du Linceul de la Sainte-Chapelle.

L'inventaire de 1534 (dnot  L  par A. Vidier), prsent la page 11, laisse voir l'ambarassement des officiels qui ont eu peine retrouver une et une seule des reliques de la Grande Chsse. La toile n'est plus prsente et les officiels font cette modification incomprhensible en transformant le mot  toella   trelle  (treillis en franais moderne). Il semble que cette modification cache le fait qu'aucune toile, autre que les morceaux de textiles mentionns dans certains reliquaires, n'a pu tre trouve dans aucun reliquaire. C'est clairement le point tournant dans la dmonstration que la Sainte Toile, c'est--dire le Mandylion, a disparu de la Sainte-Chapelle; et cela aprs l'apparition du Linceul Lirey.

Un rsum du rcit des trois transferts des reliques, du Moyen-Orient Paris, crit par Grard de Saint-Quentin-en-l'le, est un ajout non pagin entre les pages 12 et 13. Selon cet auteur, le deuxime transfert se fait en passant par la Syrie o les Templiers gardaient certaines reliques de Constantinople, un fait rarement mentionn par les chercheurs soutenants la thse que les Templiers avaient le Linceul. En fait, on ne connat aucune relique que ceux-ci n'auraient pas remise contre le dpt montaire rembours. On voit ici que les Templiers taient plus intresss l'argent qu'aux reliques. C'est de ce deuxime transfert que la Sainte Toile arriva Paris.

Les pages 13 et 14 traitent des reprsentations des Vroniques. Selon l'auteur, les treillis souvent reproduits dans ces reprsentations ne pourraient faire rfrence une rsille utilise pour contenir la Sainte Toile, car peu pratique. H. Leynen rejette la thorie avance par Ian Wilson voulant qu'une telle rsille, avec une ouverture pour ne montrer que le visage, ait t utilise.

la page 16, H. Leynen propose une tentative d'explication de la note obscure de l'inventaire de 1534 propos de la  trelle consomme  dans l'image du portrait du Christ dans le fond du reliquaire de la Sainte Toile. Elle y voit la possibilit que la reprsentation de la Vronique ft devenue obscure cause d'un enduit de rsine. En fait, je crois qu'il y a mprise, car l'inventaire ne dcrit pas une difficult identifier l'effigie, mais plutt dcrire ce treillis dans l'effigie.

La description du reliquaire de la Sainte Toile dans l'inventaire de 1740 (dnot  R  par A. Vidier) est partiellement prsente la page 18. Il est possible de reconstituer en partie le reliquaire de la Sainte Toile en utilisant cette description. Et le reliquaire de la Pierre du Spulcre, dont une partie est encore au Muse du Louvre Paris, nous livre indirectement d'autres dtails sur le reliquaire de la Sainte Toile. Trois reconstitutions de ce reliquaire sont prsentes la fin de l'article, page 23. Toutefois, H. Leynen ne mentionne pas le fait remarquable, pour cet inventaire de 1740, que les officiels dcrivent chaque reliquaire et sa relique, mais se refuse identifier une relique pour ce reliquaire. Ainsi, les officiels se rendent l'vidence qu'il n'y a plus de relique dans le reliquaire de la Sainte Toile, c'est--dire qu'aucune toile n'y est prsente.

la page 18, H. Leynen propose que les deux vaisseaux d'or suspendus dans la chapelle du Phare Constantinople, mentionns par Robert de Clari dans son rcit de la quatrime croisade, aient t le reliquaire de la Saint Toile et le reliquaire de la Pierre du Spulcre. Cette seconde attribution apparat tmraire, mais n'est pas impossible. La majorit des auteurs attribuent plutt le reliquaire du Kramion au second vaisseau.

La page 19 montre que le reliquaire de la Sainte Toile, telle que dcrite dans l'inventaire de 1740, est suffisamment grand pour contenir le linceul de Turin. (Note: il y a une erreur de notation, le  4,30 cm  doit plutt tre lu  430 cm ; de mme pour  2,15 cm , qui est plutt  215  cm .)

Les dernires pages 20 et 21 mentionnent le transfert du Linceul Geoffroy de Charny et la notice  Pour Scavoir la vrit . Cette notice relate que le roi Philippe VI donna le Linceul Geoffroy de Charny. H. Leynen propose qu'il ne s'agisse pas de Philippe de Valois, mais plutt de son fils Jean le Bon, mais sans donner de raison prcise. Ce don ne peut avoir tait fait de la faon relate par la notice, mais pourrait avoir eu lieu avant la tentative de reprendre Calais, car Philippe VI tait mort aprs la libration de Geoffroy de Charny. Un moment propice serait en avril 1349, date laquelle Geoffroy et Philippe VI se rencontrent Melun, o des reliques de la Sainte-Chapelle sont apportes de Paris. C'est aussi durant cette priode que Geoffroy crivit au Pape pour obtenir des indulgences additionnelles pour les plerinages la future chapelle de Lirey.

Rfrences

  1. Hilda Leynen, propos du Mandilion, Soudarion, 1992.
  2. Andr-Marie Dubarle et Hilda Leynen, Histoire ancienne du linceul de Turin, Tome 2, 944–1356, Franois-Xavier de Guibert, 1998.
  3. Alexandre Vidier, Le Trsor de la Sainte-Chapelle, 1re partie, Mmoires de la socit de l'histoire de Paris et de l'le-de-France , Chez H. Champion, p 199–324, vol 34, 1907.
  4. Alexandre Vidier, Le Trsor de la Sainte-Chapelle, 2e partie, Mmoires de la socit de l'histoire de Paris et de l'le-de-France , Chez H. Champion, p 189–339, vol 35, 1908.
  5. Jean Dufournet, Robert de Clari, La conqute de Constantinople, Collection Champion Classiques, Honor Champion, 2004.